Hérisson terre-pleinNotre maison repose sur un terre-plein. Contrairement à la photo ci-contre, le hérisson n'est pas ce petit animal piquant qui visite nos jardins, mais la partie située entre la dalle et la terre. Il permet de mettre la maison à l'abri de l'humidité et se compose de grosses pierres puis de cailloux concassés. Le tout est compacté en plusieurs couches pour assurer la stabilité de l'ouvrage et éviter les affaissements.

Voici donc quelques photos qui présentent les premières couches de gravas placées au fond. L'objectif est de commencer par combler le gros vide créé par nos soubassements (1,05 m à combler !).

 

 


 

Le terre-plein isolé sous hérisson est intéressant pour notre conception bioclimatique. Il apporte beaucoup d'inertie, contrairement à une solution sur vide sanitaire. Le vide sanitaire est souvent utilisé puisqu'il apporte une meilleure stabilité, ainsi qu'une sécurité vis à vis de l'humidité et de la mise en place des réseaux d'évacuation. Le problème, c'est qu'il est tout de même plus cher qu'un terre-plein et limite très fortement l'inertie. Une maison en ossature bois n'a pas d'inertie, il faut lui en ajouter. Pour cela, le plus simple et le moins cher reste le terre-plein.

Afin d'assurer la stabilité de la maison, l'ossature bois repose sur les soubassements et non pas sur la dalle. Au moins si par malheur ça devait se tasser, ce n'est pas la maison qui bougerait ! Evidemment on va tout faire pour que ça ne bouge pas.

 

L'inertie est importante

A propos d'inertie, l'avantage d'avoir une grosse masse sous les pieds, c'est que l'on peut valoriser/stocker les apports solaires fournis par les vitrages Sud (base de la conception bioclimatique). Cela permet de réguler les températures, ce qui est également très intéressant en été pour contrer la vague de chaleur de la journée.

 

Une isolation sous hérisson

Dans notre cas, nous avons choisi une variante du terre-plein sur hérisson classique. En effet, l'isolation est habituellement située sous le dallage, ce qui n'est pas spécialement mauvais mais limite tout de même l'épaisseur disponible pour l'inertie. Afin d'augmenter l'épaisseur utile, notre isolation sera placée sous le hérisson ! Nous avons donc 20 cm de dalle en béton armé, plus 30 cm de hérisson au dessus de l'isolant. Bien entendu, pour que cet isolant ne s'écrase pas sous une telle masse, il faut qu'il résiste bien à la compression et que la mise en oeuvre soit soignée. Pour cela, nous avons choisi le Polyfoam D350A de Knauf. Je vous montrerai un schéma explicatif de la structure du sol et des murs dans quelques jours. Nous aurons également l'occasion de parler des premiers problèmes rencontrés sur le chantier ! (inévitable, j'étais préparé)

 

Maintenant, place aux photos !

 

Afin de limiter les coûts et combler les plus gros vides, les maçons ont récupéré des morceaux de dalle en béton armé. Ils les ont disposé dans les parties les plus basses, bien à plat pour éviter que cela bouge.

Herisson_Gravas3

Herisson_Gravas4

 

Avant…

Herisson_Gravas5

 

Après ! Bon, entre temps ils ont déposé une bonne couche de gros cailloux. Les mêmes que ceux utilisés pour notre allée. Puis une couche de graviers plus petits. Le tout a été compacté au rouleau compresseur (le même que ceux utilisés pour compacter le bitume sur les routes). Je ne veux prendre aucun risque que cela se tasse, et ça les maçons l'ont bien compris et sont apparemment sur la même longueur d'ondes.

Herisson_Compactage1

 

Avant de continuer et de déposer un film polyane qui évite les remontées d'humidité, les maçons ont étalé une couche de sable de carrière pour égaliser au mieux la surface.

Herisson_Sable4

Herisson_Sable2

 

Rendez-vous très bientôt pour le prochain article qui parlera de la première grosse boulette qui a été évité de justesse ! Heureusement que je surveille le chantier comme le lait sur le feu !