Lisse basseLes articles sont de retour sur le blog. Commençons donc par rattraper le temps perdu avec la présentation de ce qui s'est passé ces dernières semaines, à commencer par la pose de la première lisse (par le charpentier, CCL Lucien) qui fait l'objet de cet article.

 

 


 

La première lisse, c'est quoi ?

La première lisse est la pièce de bois sur laquelle reposent les murs de notre maison en ossature bois. Fixée sur les soubassements, elle permet de tout mettre de niveau afin que les murs soient parfaitement droits et ne reposent pas à même le béton. En effet, la maison ne peut tolérer aucun écart de niveau puisque les charges doivent être bien réparties sur toute la longueur du mur. Cela peut donc arriver que les charpentiers mettent des cales pour rattraper les erreurs des maçons. Heureusement, nos maçons ont fait un travail impeccable, tout est parfaitement de niveau !

 

Comment ça va ? Ba comme un lundi…

Le lundi 17 mai dernier (et oui, ça fait déjà 1 mois !), une équipe de 2 charpentiers est donc intervenue sur le chantier pour nous fixer la lisse et un tasseau pour que les maçons puissent finir le hérisson et couler la dalle. Notre conception est un peu particulière et compliquée à expliquer sans schéma. Je vais donc faire un schéma explicatif qui fera l'objet d'un prochain article (edit. : voici l'article en question qui aborde la structure de nos murs en ossature bois). Pour résumé, la première lisse et la lisse basse du mur du rdc ont un niveau inférieur à celui de la chape. Le haut de la lisse basse du mur du rdc arrive au même niveau que la dalle brute. Côté intérieur, entre le mur et la dalle, on a l'isolant du hérisson qui remonte et vient couper le pont thermique. En attendant plus de détails, continuons donc avec les détails de pose.

Sur les bons conseils de Fabrice (qui se reconnaitra) et de pas mal d'autres personnes, je suis venu dès 8h le matin (juste avant d'aller bosser, ça tombe bien) pour surveiller la pose. Et j'ai plus que bien fait de venir ! En effet, lorsque j'ai demandé aux 2 charpentiers comment ils allaient procéder, ils m'ont indiqué qu'ils mettaient la bande anti-capillarité (pour éviter que l'humidité remonte jusqu'au mur de la maison) entre la lisse et le soubassement, puis qu'ils fixaient cette dernière avec des pointes.

J'ai immédiatement décelé un oubli : il doit y avoir des compribandes entre le soubassement béton et la première lisse en bois ! En effet, aussi bon soit le niveau des soubassements, l'état de surface du béton n'est pas aussi lisse que le bois et cela pose quelques problèmes d'étanchéité (air et eau) et de raccords entre les 2 matériaux de natures différentes. Lorsque l'on suit les règles de l'art, on doit mettre des compribandes entre chaque niveau de la maison, et en particulier ici, sous la sablière. De l'aveu même du patron de CCL (notre charpentier), cela a été fait un peu trop dans l'urgence et il admet cette erreur. Merci pour cette honnêteté au moins. Enfin bon, ça peut arriver à tout le monde et l'important c'est que ça ait été corrigé.

L'autre point un peu dérangeant vient du fait que la lisse n'est pas faite en une seule partie. En effet, les murs de notre ossature font 220 mm de large. La lisse doit donc faire la même largeur. Or, cette largeur n'est pas encore très répandue (le standard est en 145 mm) et il faut donc commander le bois directement en 220 mm (45 mm d'épaisseur toujours). Etant donné que la commande a été passée trop tardivement, les charpentiers n'avaient pas reçu la pièce de bois en 220. Ils ont donc assemblé une lisse "standard" de 145 avec un tasseau de 75. Heureusement ce n'est pas dramatique et la solidité n'est pas remise en question, mais bon ça fait un peu "bricolage" tout de même quand on sait que ça aurait du être en 220 mm directement. Dommage et un peu décevant, mais le résultat est bon, ils ont bien bossé. Bien sûr nos murs ne seront pas assemblés de cette façon, ça sera bien du 220 mm d'un seul tenant.

 

Allez, maintenant place aux photos !

 

Sabliere_Compribande2

Le film anti-capillarité (qui n'est hélas pas en un seul morceau non plus) remonte du côté intérieur du mur et est agrafé sous la lisse, puis on y applique 2 compribandes avant de retourner le tout pour le poser sur le soubassement.

 

Sabliere_Cloueuse02

Pour la fixation, une cloueuse pneumatique est utilisée. C'était la première fois qu'ils l'utilisaient et ça se voit un peu puisque ça a défoncé des bouts de béton lorsqu'ils voulaient mettre la pointe trop proche du bord. Enfin rien de grave et c'est sans doute mieux fixé avec un tel appareil. Lorsque les murs seront posés sur la sablière, de gros tire-fonds seront utilisés pour traverser le bois et venir se fixer dans le béton du soubassement. C'est là qu'on se dit que le béton a intérêt d'être solide et assez épais !

 

Sabliere02

La première lisse est ensuite fixée après ajustement.

 

Sabliere05

Les 2 charpentiers à l'oeuvre.

 

Sabliere07

Le résultat final. Un remarque un tasseaux fixé du côté intérieur. Ce tasseau de 45 mm d'épaisseur est juste là pour que les maçons puissent poser et découper l'isolant au bon niveau, puis couler la dalle. Le tasseau sera ensuite remplacé par les murs dont la lisse basse fait la même épaisseur (edit. : voir schéma explicatif).

 

Bref, CCL Lucien a globalement bien bossé malgré le problème de la compribande et de la lisse en 2 parties. Espérons que la fabrication et l'assemblage de la maison seront irréprochables !