Solaire Photovoltaïque SolewaDès la fin de l'intervention des couvreurs de CCL Lucien (beau boulot sur ce point soit dit en passant, je sais le reconnaitre quand c'est le cas !), Solewa est intervenu pour poser nos panneaux solaires photovoltaïques ! Une belle installation à base de panneaux allemands en intégration à la toiture.

 

 


 

Pourquoi Solewa ?

Grâce à des aides de l'état conséquentes – qui sont en diminution désormais – le marché du photovoltaïque a longtemps brillé et de nombreux installateurs sont apparus sur le marché. Hélas, bien que la concurrence fasse habituellement baisser les tarifs et profite aux clients, ce n'est pas vraiment le cas dans le milieu du photovoltaïque. En effet, beaucoup d'installateurs peu scrupuleux, voire même charlatans n'ayons pas peur des mots, en profitent pour s'en mettre plein les poches, aidés par le fort crédit d'impôts et les tarifs de rachat EDF attractifs. En conséquence, les prix n'ont pas franchement baissés pour les clients, ce sont plutôt les marges de ces installateurs qui ont augmenté !

Pour ne pas tomber dans le panneau (photovoltaïque, oh oh oh…), nous avons donc pris soin de faire établir plusieurs devis, mais aussi et surtout nous nous sommes renseignés sur les tarifs raisonnables auxquels il fallait s'attendre. Pour cela, un excellent moyen comme toujours : consulter Internet et ses centaines d'utilisateurs qui peuvent dire à quels tarifs ils touchent leurs installations photovoltaïques, avec quel matériel et quel installateur.

Grand bien nous en a pris puisque nos devis variaient de 6000 euros entre le moins cher et le plus cher, pour le même type d'installation à qualité équivalente ! Et pourtant, l'installateur le plus cher est un acteur bien connu sur le marché français. Quand on voit ça, ce n'est franchement pas rassurant…

Bref, puisque nous connaissions du monde qui était satisfait de l'installateur Solewa, nous avons décidé de tenter notre chance chez eux ! Bonne pioche ! En effet, bien que leur zone d'intervention s'arrête habituellement aux frontières de notre département, ils ont tout de même accepté de s'occuper de notre installation (grâce on l'imagine au coup de pouce amical de nos connaissances, merci à eux). Autant ne pas faire durer le suspense plus longtemps, ce sont les installateurs les plus sérieux que nous connaissons ! Le commercial (Monsieur Yoann Carré) est sympa et très pro, leur suivi de dossier est sans faille et leurs tarifs et estimations de production raisonnables. Ca fait du bien de voir une entreprise sérieuse comme celle là qui n'annonce pas des choses qu'elle ne tient pas…

 

Un matériel de qualité !

Le photovoltaïque, c'est bien quand ça fonctionne correctement et que ça dure dans le temps. Pour cela pas de mystère, il faut de la qualité ! Pour ne rien arranger, le nouveau texte de loi qui précise les conditions et tarifs de rachat de l'électricité produite, précise que l'installation doit désormais assurer l'étanchéité de la toiture sur laquelle elle est posée. Il s'agit donc d'une intégration totale et cela ne laisse plus beaucoup de choix dans les produits. Ceci dit, ce texte rend cela obligatoire pour 2011, pas avant. Pour ne pas avoir de soucis, Solewa nous a tout de même orientés vers des panneaux qui correspondent à la nouvelle norme.

Nous avons donc un ensemble de 16 panneaux monocrystallins 185 Wc de marque Aleo (filiale de Bosch depuis 2009) qui sont posés comme de grandes tuiles solaires, c'est à dire que le panneau du dessus vient en débordement par rapport à son voisin du dessous. L'installation se nomme "Excellence" chez Solewa puisque toute la structure est de la couleur des panneaux et s'intègre donc visuellement très bien avec une couverture ardoise. Derrière cette appellation se cache en fait un système d'intégration appelé "SOLRIF" qui fait partie du "KIT_3000" chez Aleo.

Il est possible d'avoir une installation au même niveau que les ardoises ou les tuiles, mais sur les conseils de Solewa nous avons préféré avoir une meilleure ventilation pour éviter les surchauffes qui réduisent le rendement et la durée de vie des panneaux. Les panneaux sont donc légèrement au dessus des ardoises, mais ça nous va très bien comme ça et l'intégration est déjà bien réussie.

Sous les panneaux, nous avons un écran de sous-toiture spécialement adapté aux installations solaires photovoltaïque, à savoir du Delta Exxtrem. La ventilation est particulièrement bonne puisqu'il y a un lattage et contre-lattage, puis une autre épaisseur juste sous les panneaux pour assurer la ventilation. Nous avons donc en quelque sorte une double ventilation : celle qui se fait naturellement sous les ardoises, plus celle qui démarre à partir de la base des panneaux les plus bas. Quatre chatières de ventilation sont disposée en partie haute pour évacuer toute cette chaleur.

L'onduleur est le célèbre SMA Sunnyboy, modèle 3000 TL 20. C'est du bon matos.

 

Bonne puissance + bon rendement = bonne production !

La puissance totale s'élève à 2960 Wc pour les 22 m² de panneaux (16 x 185 Wc), ce qui permet de ne pas passer au statut de producteur d'électricité puisque l'on reste sous la limite des 3000 Wc. L'avantage qui est découle, c'est que nous ne paierons pas d'impôts sur les revenus du photovoltaïque et que nous avons droit aux 50% de crédit d'impôts à hauteur de 16000 euros de matériel pour un couple, soit 8000 euros de moins sur l'installation. En revanche, nous ne pouvons pas obtenir de crédit d'impôts sur les autres matériels (poêle à bois, chauffe-eau, etc) installés dans la maison, puisque nous atteignons le plafond avec cette installation. Cela explique pourquoi on va poser tout ça nous mêmes. ;)

Niveau garantie, c'est 10 ans pour l'installation, onduleur compris. Le rendement est garanti à 90% pendant 10 ans, puis à 80% sur les 15 années suivantes (donc 25 ans). Bref, si le rendement baisse au delà de ce seuil, il faut changer les panneaux et c'est pris en charge par la garantie.

Selon les estimations de Solewa, particulièrement justes et cohérentes par rapports à d'autres installateurs qui racontent n'importe quoi pour vendre, nous devrions amortir l'installation en un peu plus de 9 ans (si on compte le crédit d'impôts) et gagner environ 12000 euros sur les 20 ans de fonctionnement, en tenant compte d'un taux d'emprunt à 3,8%.

Bien que notre démarche ne soit pas financière à la base, ça devrait quand même faire du bien !

 

C'est bien beau tout ça, mais maintenant place aux photos !

Rappelez-vous tout d'abord où nous en étions rendus à la fin de l'épisode couverture :

Couverture ardoise Sud

Le versant Sud avec l'espace non couvert réservé aux panneaux solaires photovoltaïques.

 

Panneaux solaires photovoltaïques

Arrivés tôt le matin, les 2 gars de chez Solewa travaillent vite et bien. Les panneaux sont tous posés dans la journée. Ils étaient là le lendemain pour finir l'entourage.

 

Panneaux solaires photovoltaïques

Panneaux solaires photovoltaïques.

 

L'échafaudage est là, autant qu'il serve. Quelques secondes d'escalade plus tard, me voici rendu là haut pour voir tout cela d'un peu plus près !

 

Panneaux solaires photovoltaïques

Pour assurer l'étanchéité entre les ardoises et les panneaux, des bavettes en aluminium sont positionnées sur les côtés.

 

Panneaux solaires photovoltaïques

Les fameuses bavettes en question, couleur ardoise/panneaux. Bon ok, là c'est tellement sale que l'ardoise est devenue grise, mais une fois propre ça le fait bien ! ;)

 

Panneaux solaires photovoltaïques

Puis tout est recouvert d'ardoises pour un résultat impeccable ! (en attendant la pluie et quelques semaines pour que l'ardoise reprenne sa belle couleur bleutée)

 

Panneaux solaires photovoltaïques

Voici la ventilation des panneaux, protégée par une grille. De cette façon, pas de problème de surchauffe, même en plein été !

 

Panneaux solaires photovoltaïques

Panneaux solaires photovoltaïques

 

Pourquoi une toiture à 40 degrés ?

Pour rappel, notre toiture est inclinée à 40 degrés. Pour un rendement optimal tout au long de l'année, l'idéal est d'incliner les panneaux approximativement selon le même angle que la latitude du lieu. Chez nous, cela correspond à 48,27°. En fait il suffit de faire en sorte que l'angle entre les rayons du soleil et les panneaux soit le plus souvent possible proche de 90 degrés pour qu'il y ait le moins de réflexion possible. On entend souvent dire qu'il faut une inclinaison de 30 degrés pour des panneaux solaires. Vous l'aurez compris, c'est faux car cela dépend de la situation géographique de la maison.

Evidemment, c'est en été que la production est la plus élevée, donc une inclinaison moins importante est préférable si l'on veut surtout privilégier cette période. Cependant, attention aux surchauffes puisque dans ce cas le rendement s'écroule. Bref, ce n'est pas simple. Il existe des graphiques qui permettent de déterminer l'inclinaison idéale.

Nous avons choisi 40 degrés pour des raisons à la fois esthétiques et pratiques (aménagement de l'intérieur, SHON à respecter, etc), ainsi que dans l'hypothèse où nous mettrions des panneaux solaires thermiques. Ces derniers doivent être inclinés suffisamment pour ne pas surchauffer en été et produire suffisamment en hiver où le soleil est plus bas.

Enfin, ces 40 degrés ont également étés terminés selon la largeur du débord de toit et la hauteur de la toiture. Avec plus de 40 degrés, le faitage aurait été beaucoup trop haut (il est déjà à plus de 8 m 50) pour conserver un débord de toit de taille respectable (il est déjà limité à 60 cm, c'est le minimum pour une bonne casquette solaire estivale) et suffisamment haut par rapport aux fenêtres de l'étage. Avec moins de 40 degrés, cela aurait fortement pénalisé le solaire thermique si un jour on en met. C'était prévu initialement mais nous avons renoncé en voyant les tarifs démentiels demandés par les installateurs en France.

 

Voici une petite photo des cellules photovoltaïques, pas très propres à cause de la poussière qui volait sur le chantier.

Panneaux solaires photovoltaïques

 

Pour finir, une belle vue de la campagne derrière chez nous, plein Sud, vue du haut du toit.

Vue de la campagne côté Sud

 

 

Et voilà, une belle installation photovoltaïque qui n'attend plus que le raccordement. Ca devrait être fait avant la fin de l'année. Evidemment en hiver on risque de produire relativement peu, mais bon c'est toujours comme ça avec une construction neuve. En tout cas j'ai hâte de voir tout ça en fonctionnement !

 

Dans le prochain article, l'isolation continue, pour la plus grande joie de Martine ! (je plaisante, pas taper !)