Conduit double-peau PoujoulatSurprise début décembre alors que nous commencions à poser le conduit du poêle. Il ne nous a pas fallu longtemps pour constater que celui-ci tombait directement dans le mur de refend, et non pas à côté comme prévu ! Erreur de calcul dans les détails techniques du charpentier ? Couvreur qui n'a pas vérifié ? Manque de précision de ma part ? Toujours est-il que l'on a du acheter 2 coudes en urgence, ce qui n'est finalement pas plus mal… explications.

 

 


 

Pour une fois qu'une erreur finit par nous arranger, autant le mentionner. En effet, notre conduit de poêle devait initialement être parfaitement droit, de manière à réduire les coûts – les éléments Poujoulat ou équivalents coûtent une fortune – et faciliter l'entretien (ramonage surtout).

Ceci dit, compte tenu de la hauteur du faitage et du fait qu'il faille le dépasser de 40 cm avec le haut du conduit, nous avons en conséquence un très fort tirage, trop fort même. Bref, les 2 coudes à 30 degrés que nous avons du ajouter réduisent finalement un peu le tirage, ce qui n'est pas plus mal. Dans l'idéal, il faudrait même installer un modérateur de tirage, mais pour garder une bonne étanchéité à l'air ça complique pas mal l'installation pour un gain pas forcément évident. En pratique, ça fonctionne heureusement très bien comme ça.

Bref, nous avons finalement un conduit double-peau presque droit. Un grand merci à Cyril qui est venu m'installer ça, c'est super sympa. Ce n'est finalement pas très compliqué, mais quand on connait ça va forcément super vite et au moins pas de risque d'erreur. En tout cas nous avions bien besoin de raccorder le poêle au plus vite pour réchauffer la maison qui était alors bien froide début décembre. Après plusieurs semaines de ventilation pour faire sécher la chape, la température stagnait à 12 degrés dans la maison tandis qu'il faisait pas loin de 0 degrés dehors. Glagla !

 

Conduit Poujoulat

Conduit Poujoulat

Oups, ça tombe dans le mur ! Pas le choix, il nous faut des coudes !

 

Conduit Poujoulat

Les fameux coudes sont visibles tout en haut du conduit. Plusieurs morceaux d'isolant – celui utilisé pour le hérisson – sont positionnés pour caler tout ça en attendant que le couvreur fixe le conduit dans les combles. En effet, le haut du conduit était juste à la hauteur du faitage. Pour respecter les normes, il faut qu'il soit 40 cm au dessus. J'ai donc demandé à ce qu'il soit rehaussé. Le couvreur venait initialement remplacer le cône de finition par un chapeau aspirateur Poujoulat (un chapeau avec un cerclage métallique pour éviter que l'air ne s'engouffre par le haut du conduit). Le cône avait la fâcheuse tendance à laisser entrer l'eau dans le conduit, ce qui avait déjà provoqué quelques dégâts des eaux sur le frein vapeur, heureusement sans gravité.

 

Conduit Poujoulat

Voici la partie du conduit qui traverse les combles, telle qu'elle était avant d'être rehaussée. Il me reste encore à fermer le tour du conduit avec des plaques de Fermacell, positionner la "coquisol" – une coque isolante en laine de roche pour ne pas avoir de pont thermique autour du conduit – puis mettre la plaque spéciale pour l'étanchéité à l'air.

 

Pendant que nous installions le conduit, le plâtrier était en plein boulot pour nous plâtrer tout le mur de refend. A suivre dans le prochain article !