Eté 2011, après avoir constaté que la façade Nord de la maison commençait à sérieusement griser et piquer, nous décidions de la nettoyer et de passer de l'huile de lin sur toute la maison par la même occasion. Un produit d'imprégnation, relativement naturel, qui semblait satisfaisant après quelques recherches sur la question de l'entretien d'un bardage bois. Seulement, si le résultat était très chouette après application, cela n'a pas duré…

 

 


 

Afin de mieux voir l'évolution du bardage au fil des mois, j'ai regroupé quelques photos à différentes périodes. Je n'ai hélas pas retrouvé celles juste avant le premier nettoyage du bardage, ce qui aurait permis de constater le vieillissement prématuré de la façade Nord, qui toutefois ressemble fortement au résultat obtenu quelques mois après passage de l'huile de lin, le côté brillant en moins.

C'est d'ailleurs cette foutue façade Nord qui pose le plus de problèmes. Elle récupère beaucoup d'humidité et le matin la condensation se forme à l'extérieure et stagne en surface jusqu'à ce que le vent sèche le tout. C'est évidemment pire en hiver. Du coup, sans protection elle avait tendance à piquer (petites tâches noires) et l'huile de lin ne l'a pas protégé de ce phénomène. Je ne sais pas si la peinture le pourra non plus pendant plus longtemps.

 

Voici donc le bardage tel qu'il était juste après montage des murs de la maison, le 23 juin 2010. Encore tout neuf et parfois un peu poussiéreux mais globalement d'une bonne couleur. Dommage toutefois que les charpentiers aient décidé d'utiliser les lames qui ont le plus de noeuds sur la façade Nord de la maison, ça n'a pas arrangé son esthétique. Heureusement maintenant on ne les voit plus, donc tout va bien (enfin presque).

Bardage Sud

 

Voilà pour la façade Sud, puis voici la façade Nord :

Bardage Nord

 

Comme vous pouvez le constater, elle n'a jamais été très belle car plein de noeuds et avec certaines lames de couleur différente des autres, mais ça ne nous dérangeait pas plus que cela.

 

Presque onze mois plus tard, nous décidions de dégriser cette façade qui avait déjà pris un sérieux coup de vieux. Elle avait grisé et piqué, surtout dans le bas. Je n'ai hélas pas de photos mais voici donc le résultat après nettoyage. C'était alors nickel et si ça pouvait rester comme ça sans entretien ça serait le rêve. Enfin ça fait longtemps que je ne crois plus au Père Noël.

Bardage Nord Dégrisée

 

Une couche d'huile de lin plus tard, voici le résultat. Nous avions ensuite remis une seconde couche pour être tranquille, le bois était bien saturé d'huile, c'était beau. Nous partions alors confiants, ça devait tenir au moins jusqu'à l'été d'après !

Bardage Nord Huile de lin

 

La vue de l'angle Sud-Ouest était chouette aussi avant même application de l'huile. La façade Nord n'aurait pas piqué et mal grisé, nous aurions peut-être laissé tel quel, qui sait ?

Bardage Sud

 

Cinq mois plus tard, en octobre 2011 après la pluie (d'où la couleur foncée), on constate déjà que ça a commencé à griser un peu là où il y a des noeuds. Et là je commence déjà à m'inquiéter un peu tout de même…

Bardage Nord Octobre 2011

 

Le 28 janvier 2012, les craintes se confirment, ça n'a pas tenu !

Bardage Nord janvier 2012

Bardage Nord janvier 2012

Bardage Nord janvier 2012

 

Sur les autres façades qui n'ont pourtant reçu qu'une couche d'huile, la teinte est passée mais ça a beaucoup moins grisé et encore moins piqué. Le problème est vraiment concentré sur la façade Nord, même s'il aurait tout de même fallu appliquer deux couches sur ces façades.

Bardage Ouest janvier 2012

Bardage Nord janvier 2012

 

Au Sud, on peut voir que l'huile est passée à force de soleil et de lessivages de la pluie, mais on peut aussi voir que les zones où j'ai malencontreusement appliqué deux couches (applications espacées de plusieurs jours, je suis repassé sur une partie des lames qui avaient déjà reçues une première couche) sont restées plus protégées.

Bardage Sud janvier 2012

 

Pour finir, la dernière photo du bardage avant peinture date du 12 juillet 2012. On voit bien que l'huile de lin n'a pas du tout tenu malgré les deux couches appliquées. Le bois a grisé en priorité en bas et où il y a des noeuds. De près, on voit aussi que ça a piqué mais une fois que tout grise uniformément ça se voit moins voire plus du tout. En revanche ça fait crade et nous ne voulions pas laisser griser le bardage. Sachant que nous ne pouvions plus dégriser puisqu'un saturateur a été appliqué (l'huile de lin pénètre dans le bois), nous n'avions plus qu'une solution : la peinture !

Bardage Nord juillet 2012

En définitive, je peux difficilement recommander l'huile de lin pour protéger un bardage bois (douglas pour notre part), tout du moins pas dans une région un peu humide. Le produit passe très vite et à la moindre formation de gris ou si ça pique un peu c'est foutu, on ne peut plus dégriser. Il faut donc appliquer très souvent et anticiper, mais comme vous pouvez le voir sur les photos, nous n'avons même pas pu passer l'hiver sans que ça grise. Avec au moins deux couches sur un bois peu exposé aux intempéries et l'humidité, pourquoi pas, sinon oubliez.

La lazure est une option mais elle sera comme la peinture, elle finira pas s'écailler et il faudra alors tout poncer. Nous avons choisi la peinture par défaut, on sait bien qu'il faudra aussi entretenir mais on espère que ça tiendra plus longtemps quand même. A voir, ce n'est pas gagné non plus.

 

Une autre solution que je ne connaissait pas à l'époque semble être l'application d'une huile qui ne fait que couvrir la surface du bois. Un peu comme une lazure mais sans les problèmes ! Cela ressemble au produit miracle et ça pourrait bien l'être, puisque pour le moment c'est la seule maison que je n'ai pas vu bouger. Iseline était venue mettre un commentaire sur ce produit, il semblerait que ça soit efficace : Rubio Monocoat.

A voir dans le temps là aussi, mais à première vue ça a l'air top ! Ils ont appliqué sur un bardage brut en revanche, ça change peut-être pas mal de choses aussi. Notre garage en bardage brut vertical semble en tout cas bien mieux accepter la peinture que cette foutue façade Nord de maison (décidément…), alors qu'il est lui aussi exposé comme cette dernière. Nous en reparlerons sans doute dans les mois à venir.

 

Bref, nous avons alors choisi une couleur de peinture pour la maison et une pour le garage, puis déposé une demande de travaux. La Triskeline a désormais totalement changé de look et on aime bien ! Les photos seront dans le prochain article, à très vite !