Poele à bois koko xtra

Poêle à bois Koko Xtra : Un an après ?

Le poêle à bois Koko Xtra a une puissance nominale de 6 kW, une masse d’environ 250 kg et un rendement de 78,1%. Voici le poêle à bois Koko Xtra d’Austroflamm et ce que nous en avons pensé après le premier hiver de chauffage.

Choix du modèle

Les poêles à faible puissance ont souvent un petit foyer. C’est normal car ils doivent être utilisés à leur puissance maximale (6 kW dans notre cas) pour obtenir un rendement optimal.

De plus, vous aurez besoin d’une flamme vive. Les foyers de grande taille et puissants favorisent les feux lents et couvants. Ce type de feu est à éviter car il peut polluer et entraîner une inefficacité en termes de rendement. Il entraîne également une augmentation de la consommation de bois et une perte d’efficacité.

Une flambée peut libérer beaucoup de chaleur rapidement, il est donc important d’avoir un poêle lourd avec une certaine inertie pour un bon confort et une bonne accumulation. Il doit également être capable d’absorber rapidement la chaleur grâce à son inertie. On ne choisit pas un poêle en fonction de la maison. Dans notre cas, la maison est bien isolée. Elle a une inertie due à la dalle épaisse et aux cloisons, elle peut donc absorber rapidement la chaleur. Elle est aussi très grande, elle doit donc pouvoir chauffer toute la maison. Dans notre cas, il n’y a aucun problème pour allumer des flammes intenses.

Principe de fonctionnement : le topdown à l’honneur

austroflamm koko xtra

L’allumeur topdown est le meilleur moyen de tirer le meilleur parti de votre poêle. Le bois brûle plus fréquemment, est plus progressif, présente moins de pertes et chauffe mieux. Il n’y a que quelques avantages. Cela permet de bien brûler les gaz et la fumée du bois. En effet, ces émissions de gaz produisent plus de chaleur que la combustion du bois. La double combustion fonctionne plus efficacement lorsque l’allumage se fait par le haut. Elle brûle plus lentement, est moins polluante et a un rendement nettement supérieur. Ce lien fournit plus d’informations : allumage par le haut chez Energie-bois Suisse.

Vous pouvez également trouver beaucoup d’informations intéressantes sur le topdown sur le forum de Futura Sciences.

Nous avons choisi la technique du topdown, qui n’est malheureusement pas très connue en France, et nous en sommes très satisfaits.

L’importance et la valeur du bois bien séché !

Nous avons utilisé des premières chutes de bois d’escalier. Ce bois est très sec (mesuré à moins de 10% d’humidité). Il est préférable de ne pas remplir le foyer avec ce bois car il peut flamber très fortement. Nous avons utilisé des bûches de chêne de 30 cm, qui n’étaient malheureusement pas assez sèches pour l’humidité de cette année (36%). Elles étaient tout de même très utiles, car nous avions besoin d’une chaleur continue cette année en raison des travaux inachevés dans notre maison. Les bûches ont une longueur de 30 cm et peuvent être utilisées jusqu’à 33 cm dans la cheminée. Cependant, vous ne pouvez mettre que 4 bûches à la fois, ce qui est suffisant pour faire une belle flambée.

J’ai remarqué que le flamboiement est plus fort quand on place le bois verticalement. A confirmer.

Design et qualité de fabrication

Il est difficile d’être objectif lorsqu’il s’agit de design. Tout est affaire de goût personnel. Nous pensons que ce Koko est génial ! Les proportions de ce Koko sont bien équilibrées, grâce à sa finition noire mate et sa grande surface vitrée.

C’est un excellent travail. Le design permet un montage simple qui réduit le nombre de problèmes. Pour faciliter son déplacement, nous l’avons démonté.

Nous estimons que l’acier est suffisamment épais pour soutenir les pièces principales de ce poêle. Il est également suffisamment solide pour que le métal ne rouille pas malgré les températures élevées. Le revêtement est beaucoup plus fin mais ce n’est pas un problème si vous ne tapez pas dessus avec un marteau.

La peinture semble fragile, et c’est ce qui me dérange le plus. Veillez à aspirer la base et à la nettoyer. Nous n’avons même pas encore gratté la surface.

Ci-dessus, le poêle dans ses premières flammes. Le plâtre a laissé le poêle un peu jauni. Pour éviter que le plâtre ne sèche trop vite et ne se fissure, nous avons placé une plaque Fermacell derrière le mur. Il y a un espace d’air entre le poêle et la plaque, et entre la plaque et le mur, d’où les morceaux d’essuie-tout roses. Le mur est en béton avec une bonne couche de plâtre, nous avons donc décidé de rapprocher le poêle du mur. Il n’y a aucun risque qu’il prenne feu. Le but est de chauffer le mur qui agit comme un accumulateur. Cela fonctionne bien, même s’il n’est chauffé que par le premier tuyau noir. Il n’y a pas de fissures visibles à l’horizon. Cependant, nous pouvons constater que le plâtre a séché beaucoup plus vite au niveau du poêle. Il n’était frais que depuis quelques jours, ce qui explique pourquoi la différence de couleur est si grande.

On peut voir les morceaux de bois à droite du poêle. Il se réchauffe très rapidement et est très sec. Vous n’avez pas besoin d’en utiliser beaucoup. Il brûle très rapidement et vous devrez donc le recharger ou faire un allumage complet avec seulement une petite quantité d’air primaire. Il est plus difficile de maintenir une bonne flamme. Le mieux est de mélanger ce bois avec des bûches. Les bûches sont placées en dessous et le bois sec au-dessus. Enfin, vous allumez le feu par le haut. Il brûle très bien avec le bois sec, et descend progressivement au niveau des bûches qui brûlent à leur tour.

Le Keramott à l’intérieur d’un poêle à bois

Le Keramott est le matériau utilisé pour fabriquer les plaques blanches et les autres éléments du poêle. Le foyer est protégé par les plaques de Keramott, qui permettent de concentrer la chaleur. Si les flammes sont fortes, les plaques de Keramott restent blanches. Si les flammes deviennent noires, ce n’est pas bon. Si cela se produit, n’essayez pas de les nettoyer à la main car elles peuvent se tacher ! Elles se tachent si vous les frottez avec vos doigts. Si le feu est très chaud, ils peuvent se nettoyer en utilisant le feu pour les nettoyer.

Vous vous demandez peut-être quel est le rapport entre la série Keramott et la série télévisée Kaamelott. La réponse se trouve dans la prononciation. Elle n’est pas incorrecte ! J’étais juste curieux de savoir si ce Keramott n’était pas de la camelote. Il semble que ce ne soit pas le cas.

Les plaques de fond de ma maison se sont fissurées. Je pense que c’est dû à un problème de positionnement, les deux pièces qui soutiennent les plaques n’ayant pas la même épaisseur. Il arrive, et c’est normal, que ça craque malgré toutes les précautions. Cela n’affecte en rien le fonctionnement de la cuisinière, mais vous devrez les remplacer si elles commencent à se désagréger. Ce n’est pas cher et cela reste un consommable. Cependant, vous ne devriez pas les changer tous les deux ans. Malgré cela, il semble inhabituel qu’ils se soient fissurés dans notre cas, surtout si l’on considère qu’ils n’avaient pas d’amortisseurs. Je dois en parler à mon concessionnaire, Austroflamm, à ce sujet. Malheureusement, je n’ai pas beaucoup d’espoir pour le premier. Mais ne soyons pas grossiers jusqu’à ce qu’ils me donnent leur réponse. Des photos seront bientôt disponibles, mais je dois m’en occuper.

La vitre est elle propre ?

Ah, les fenêtres sales ! C’est un grand moment de bonheur que de les nettoyer. Mais cela peut être évité ! Enfin, presque… Une fenêtre sale est le signe d’une mauvaise combustion. Il est facile de voir que c’est un signe de mauvaise combustion. Mais une fois qu’on a pris le coup de main, on commence à remarquer que la vitre se colmate plus lentement.

Ma principale préoccupation est la tendance à noircir les bords du verre. C’est un problème que je me bats pour éviter. Ce n’est pas lourd et le verre est propre dans l’ensemble. Cependant, lorsqu’elle se salit, cela commence toujours par les deux coins supérieurs. Cela pourrait être dû à la forme du poêle. C’est propre, mais ce n’est pas parfait.

Il est facile à nettoyer : vous prenez un morceau d’essuie-tout et vous le trempez dans la cendre. Faites attention à ne pas ramasser de morceaux qui pourraient rayer votre mur. Ensuite, vous la frottez. Puis vous l’essuyez avec un autre morceau humide et propre. J’ai essayé le papier journal, mais ce n’était pas convaincant et il était difficile à mouiller. Je ne suis pas fan des produits de nettoyage. Crado, crado !

Notez aussi la mésaventure de la jupe de ma sœur, qui a essayé de se battre avec la vitre du poêle. Le poêle a gagné, mais il a laissé derrière lui une tache noire de vêtement synthétique brûlé, impossible à enlever en frottant ou avec du produit. Malgré ma peur de rayer la vitre de la cuisinière, je n’avais pas d’autre choix que d’utiliser l’éponge verte. Et ça a marché ! Le verre pyrex est en fait assez solide. Il peut se rayer, alors faites attention. La jupe a malheureusement été coupée et elle a dit à tout le monde dans l’armoire de ne pas s’approcher du poêle.

Réglage de l’entrée d’air

Poêle à bois Koko Xtra : Un an après ?

Une fois que vous avez maîtrisé le principe de l’allumage par le haut et la flamme vive, vous pouvez maintenant vous concentrer sur les points importants. Tout d’abord, l’arrivée d’air ne peut pas être réglée à l’aide d’un seul levier situé sous la poignée de la porte. La position maximale ( » + « ) correspond à une ouverture totale pour les arrivées d’air primaire et secondaire. La position intermédiaire (« . ») La position intermédiaire (« . ») ferme l’alimentation en air primaire et ne laisse que l’air secondaire. La dernière position ( » – « ) ferme toute l’alimentation en air. Cette opération ne doit être effectuée que s’il ne reste plus de braise dans le foyer. Sinon, elle s’encrassera. Il est important de jouer également avec les niveaux intermédiaires. Tout dépend du courant d’air que vous avez chez vous. Ce schéma montre comment cela fonctionne.

Le feu démarre facilement car nous avons un fort tirage à la maison. Pour maintenir une belle flamme, vous devez cependant maintenir la poignée aussi près que possible du bord une fois le feu allumé.

Le feu doit être très chaud pour sentir la chaleur. Cela exclut les feux lents, ce qui est une bonne chose ! Une fois le feu allumé, il se réchauffe rapidement.

Comment fonctionnent les systèmes Xtra et HMS ?

L’accumulation de chaleur « Xtra » est ce qui attire l’attention du poêle à bois Austroflamm Koko Xtra. Selon le système HMS (Heat Memory System) du fabricant, il s’agit de pierres chauffantes placées autour du foyer afin de le restituer plus longtemps.

Le fabricant promet pas moins de 12 heures de restitution pour 9 kg de bois. Bien que cela semble un peu trop beau pour être vrai en termes de sensation, cela fonctionne plutôt bien. En pratique, nous obtenons une sensation de chaleur pendant 5 à 6 heures après le flambage. C’est quelque chose que je devrais mesurer plus précisément. Ces chiffres ne sont pas exacts, mais ce n’est pas un foyer de masse.

C’est là que l’argumentaire de vente d’Austroflamm brille vraiment. Il faut environ 12 heures pour que le feu prenne avec 9 kg de bois et que le poêle cesse d’émettre plus de chaleur que la pièce. La sensation est différente car le poêle semble plus froid que la pièce, même si elle est chauffée. Il faut également se rappeler que le résultat du poêle a probablement été obtenu dans des conditions idéales avec un tirage contrôlé, ce qui est beaucoup plus difficile à obtenir dans la pratique.

Pour mieux stocker la chaleur, il est recommandé de fermer les grilles du système Xtra vers la fin ou lorsque la pièce a atteint une température suffisante pour permettre à la chaleur de s’accumuler dans les pierres.

Le bilan 

Qu’en est-il de l’équilibre ? Nous sommes satisfaits du Koko Xtra dans son ensemble. Nous aimons la grande vitre et le grand foyer, qui est une caractéristique agréable par rapport aux autres poêles de même puissance. Le poêle a l’air solide et est construit avec soin.

Le chauffage est l’aspect le plus important du poêle. La chaleur est délivrée rapidement et maintenue pendant de nombreuses heures grâce à la masse du poêle et au système HMS. Il est idéal pour garder le chauffage pendant quelques heures la nuit en attendant les flammes du lendemain, surtout s’il fait très froid dehors.

Il est assez agréable, à l’exception de la saleté dans les coins supérieurs. Les bûches de 30 cm sont facilement manipulables. Ce qui est le plus frustrant dans le fonctionnement, c’est l’alimentation en air. Je préférerais avoir 2 leviers pour qu’elle soit plus précise. Un pour le primaire, et un pour le secondaire. Ou alors vous pouvez utiliser un mécanisme plus fort et plus lourd. Vous entendez le rabat. Il est assez léger et difficile à fermer complètement. S’il y a un fort vent à l’extérieur ou un fort courant d’air à l’intérieur du conduit, il peut siffler un peu si vous le fermez complètement. Il est important de vérifier que l’entrée d’air a été correctement connectée. Je pense que je vais essayer de modifier le système pour améliorer la fermeture. Ce n’est qu’un petit détail. L’important est que le système fonctionne.